Pourquoi un EAP ?

Esprit large

On peut définir un EAP comme un « écosystème qui aide à construire et organiser son apprentissage [1] ». J’ai choisi d’agréger un tel environnement sous forme de site Web pour faciliter ma formation permanente, au sens « apprendre tout au long de sa vie ». Cette démarche s’inscrit dans le cadre de ma reconversion de professeur d’informatique en professeur documentaliste.

Cet environnement centralise :

  • la veille et la collecte d’informations, cf. les rubriques actualités et ressources
  • des questionnements et des productions de ressources (commentaires, synthèses, mises en perspective…), cf. la rubrique billets
  • la collaboration et l’expérimentation avec d’autres personnes, cf. la rubrique billets (commentaires, partage, listes de diffusion…)

Ces axes de travail sont déclinés pour chaque centre d’intérêt* : info-documentation, EMITICE, modèles de l’apprendre et pédagogie au sens large.

L’état d’esprit qui m’anime ici est fondamentalement la pratique et l’écoute :

  • pratiquer pour apprendre et apprendre à apprendre
  • écouter pour raisonner, douter et changer d’avis [2]

Pratiquer c’est ici lire, comprendre, retenir, réfléchir, dialoguer, classer… avec le soucis de synthétiser, transmettre, reformuler, collaborer…
L’EAP induit une approche évolutive des savoirs car les contextes et les situations d’apprentissage sont nombreux.
Pour peu que l’on y soit attentif, il empêche une vision trop figée des connaissances [3].

Un écueil de ce type d’environnement numérique est de confondre l’outil avec l’apprentissage car cliquer n’est pas raisonner : « collecter n’est pas mémoriser, lire n’est pas comprendre [4]».
Cela reste vrai hors environnement numérique mais la richesse des réseaux d’information aujourd’hui accessible ainsi que leur densité d’utilisation obligent, pour construire un EAP pertinent et efficient, attention et intensions.

La création de cet environnement nécessite « veille et pratique » permanente des outils qui le compose aujourd’hui ou qui le composeront demain. La réalisation de l’EAP est donc en soi déjà riche en source de motivation et interactions diverses.

A voir : de Patrick Giroux, réflexion sur les EAP (mars 2018).
(*)
EMI : Education aux Médias et à l’Information
TICE : Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement


Sources
[1] THOT CURSUS, L’environnement personnel d’apprentissage : les relations avant les outils. Christine Vaufrey. 28 janvier 2013, révisé 20 octobre 2013. En ligne (consulté le 15 avril 2016)
[2] FAVRE, Daniel. L’addiction aux certitudes : Ce qu’elle nous coûte et comment s’en sortir. Ed. Yves Michel, Société Civile. 2013.
[3] PEDAGOTIC, L’EAP: une plateforme technologique comme tremplin pédagogique. Étienne Bouchard. 5 juillet 2011, révisé le 26 août 2011. En ligne (consulté le 15 avril 2016)
[4] MOOC EFAN EMI, Environnement d’apprentissage personnel et éducation aux médias et à l’information. Victoria Pérès-Pérès-Labourdette et Céline Dran. 11 janvier 2016. En ligne (consulté le 03 décembre 2015)

Laisser un commentaire